Voir aussi

USA: Johnson & Jonhson condamné à verser 2,1 milliards $ à des victimes de cancer

USA: Johnson & Jonhson condamné à verser 2,1 milliards $ à des victimes de cancer
Mercredi 24 juin 2020 à 18:29
Une cour d'appel du Missouri a ordonné mardi à Johnson & Johnson et à une filiale de verser 2,1 milliards de dollars de dommages et intérêts à des femmes qui imputaient leurs cancers de l'ovaire aux produits du talc de la société, y compris son emblématique poudre pour bébé.
 
La décision a réduit de plus de la moitié le montant record de 4,69 milliards de dollars de dommages-intérêts compensatoires et punitifs accordés à ces femmes en juillet 2018.
 
Johnson & Johnson avait fait appel du verdict, demandant au tribunal de rejeter entièrement la décision, ce qu'il a refusé de faire, affirmant qu'il avait trouvé "une répréhensibilité significative" dans la conduite de l'entreprise.
 
Le tribunal du Missouri a cité dans sa décision des mémorandums internes remontant aux années 1960 indiquant que les produits du talc de l'entreprise contenaient de l'amiante, un cancérigène connu.
 
"Une conclusion raisonnable de toutes ces preuves est que, motivés par les bénéfices, les défendeurs ont ignoré la sécurité des consommateurs malgré leur connaissance du talc dans leurs produits qui a causé le cancer de l'ovaire", peut-on lire dans la décision de justice.
 
Johnson & Johnson fait toujours face à des milliers de poursuites judiciaires de la part de consommateurs qui affirment que ses produits à base de talc ont été contaminés par de l'amiante qui cause le cancer. La société a annoncé le mois dernier qu'elle cesserait de vendre de la poudre pour bébé à base de talc en Amérique du Nord, bien qu'elle continuerait de commercialiser le produit ailleurs dans le monde.
 
Une porte-parole de la société, Kim Montagnino, a déclaré que Johnson & Johnson demanderait un nouvel examen de cette décision par la Cour suprême du Missouri et a défendu ses produits de talc comme étant sûrs.
 
"Nous continuons de penser qu'il s'agit d'un procès fondamentalement défectueux, fondé sur une présentation erronée des faits", a estimé Montagnino. "Nous restons convaincus que notre talc est sûr, sans amiante et ne cause pas de cancer", a-t-il ajouté.
 
L'avocat qui représentait les plaignants, Mark Lanier, a exhorté les consommateurs à jeter toute poudre pour bébé qu'ils avaient chez eux. Six plaignantes sont décédées avant le début du procès et cinq autres femmes sont mortes depuis la fin du procès devant jury en 2018, a-t-il affirmé.
 
Source : MEDI1TV.COM avec MAP
Medi1TV Afrique en direct:
Urgent