Voir aussi

Marrakech: Les ministres africains plaident pour l’actualisation du cadre législatif et réglementaire du secteur des transports

Marrakech: Les ministres africains plaident pour l’actualisation du cadre législatif et réglementaire du secteur des transports
Jeudi 15 novembre 2018 à 23:09
Les ministres africains chargés du Transport, ayant pris part au 1er Forum africain sur la sécurité routière, ont plaidé pour l'actualisation du cadre législatif et réglementaire du secteur des transports afin d'introduire de nouvelles dispositions favorisant la sécurité routière.
 
   Les pays africains sont appelés à mettre en œuvre des politiques et des stratégies efficaces en matière de sécurité routière pour atténuer le taux de mortalité routière en Afrique, ont souligné les ministres dans la Déclaration finale sanctionnant cet événement d'envergure organisé sous le thème "Sécurité routière en Afrique, facteur de développement durable".
 
   Ils ont, ainsi, attiré l'attention sur une question importante liée au financement, incitant l'ensemble des Etats africains à s'engager davantage dans le financement de tous les aspects de la sécurité routière, notant qu'il n'est pas possible d'améliorer efficacement la sécurité sans mettre à disposition des ressources financières nécessaires.
 
   Les responsables gouvernementaux ont également mis en avant l'impératif de créer des agences chefs de file pour gérer la sécurité routière et d'augmenter les budgets alloués à la sécurité routière dans le continent.
 
   Les ministres africains ont, par la même occasion, appelé à l'adoption de mesures encourageant l'importation de véhicules plus propres, plus sûrs et plus efficaces, y compris les véhicules d'occasion.
 
   Les pays africains doivent donner la priorité au développement de leur système d'enregistrement des faits d'état civil et de leurs statistiques de l'état civil en impliquant toutes les parties prenantes et tous les partenaires internationaux, recommande la Déclaration. De même, l'accent a été mis sur la promotion du partenariat avec la société civile en tant qu'acteur clé dans la mise en œuvre de la stratégie nationale de sécurité routière.
 
   Ils ont aussi déploré le taux de mortalité par accident en Afrique, considéré comme le plus élevé au monde, notant que les accidents privent le continent de précieuses ressources qu’il pourrait utiliser pour sa croissance et son développement.
 
   Placé sous le Haut patronage du Roi Mohammed VI, ce Forum continental organisé à l'initiative du ministère de l'Equipement, du Transport, de la Logistique et de l'Eau, le Comité national de prévention des accidents de la circulation (CNPAC) et le Programme de Politiques de Transport en Afrique (SSATP), se veut une plateforme d'échange des expertises et des bonnes pratiques dans ce domaine.
 
   Cette rencontre de trois jours, à laquelle ont pris part 600 participants venus d'Afrique et d'ailleurs, vise à capitaliser sur les acquis des uns et des autres en la matière pour que les similitudes socio-économiques et culturelles entre pays africains soient des atouts et des facteurs clés de succès, à créer un cadre africain de réflexion sur la sécurité routière, à promouvoir la prise en charge de la sécurité routière en Afrique pour atteindre les objectifs de la décennie d’action 2011-2020 et à réunir les institutions et organismes gouvernementaux, les experts, les acteurs économiques, les entreprises publiques et privées, et les ONG du continent africain oeuvrant pour la sécurité routière.
 
   Ce Forum, le premier du genre en Afrique, a également pour objectifs de promouvoir la coopération entre les Etats africains dans le domaine de la sécurité routière, développer les échanges et les relations entre les opérateurs économiques du Continent en la matière, inciter aux investissements dans les différents secteurs liés à la sécurité routière, favoriser l’intégration des nouvelles technologies dans la gestion et le management dans ce domaine, mutualiser et capitaliser sur les expériences des ONG pour servir de relais pour l’ancrage des valeurs dans les sociétés en Afrique et d’examiner les mécanismes de création et de mise en œuvre d’un Observatoire africain de sécurité routière.
 
   Le management stratégique et institutionnel de la sécurité routière, le financement des programmes, le pilotage des stratégies, l’intégration de nouvelles technologies, le renforcement des capacités, l’intégration de la sécurité routière dans le management des entreprises, les études et recherches, ainsi que l’ouverture sur les composantes de la société civile, sont les principaux axes qui seront abordés lors de ce Forum.
Source : MEDI1TV.COM avec MAP
Medi1TV Afrique en direct:
Urgent