Voir aussi

Méditerranée: près d’un millier de migrants renvoyés vers la Libye depuis début 2020

Méditerranée: près d’un millier de migrants renvoyés vers la Libye depuis début 2020
Mardi 14 janvier 2020 à 15:29

Au moins 953 migrants, dont 136 femmes et 85 enfants, qui tentaient de traverser la Méditerranée, ont été renvoyés vers la Libye au cours des deux premières semaines de 2020, a indiqué mardi l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

“Des navires de recherche et de sauvetage d’ONG ont signalé avoir secouru 237 autres personnes”, précise un communiqué de l’OIM, notant que plus de 1.000 migrants avaient quitté la Libye par voie maritime depuis le 1er janvier, en partie à cause des affrontements violents autour de Tripoli, mais un grand nombre parmi eux ont été renvoyés dans ce pays malgré le conflit.

Ces migrants “ont déclaré que l’escalade des hostilités dans et autour de la capitale, et la détérioration de la situation humanitaire sont les principales raisons de cette augmentation des départs”, fait savoir l’agence spécialisée des Nations Unies.

Au cours de la même période de l’année dernière, 23 corps ont été retrouvés par les garde-côtes et aucun migrant n’a été renvoyé en Libye, rappelle la même source, estimant que l’augmentation actuelle des départs est particulièrement alarmante étant donné la capacité très limitée de recherche et de sauvetage en Méditerranée.

Plus de 1.000 autres migrants qui se sont inscrits au programme de retour humanitaire volontaire de l’OIM sont toujours piégés en Libye en raison de la situation sécuritaire, relève l’OIM, notant que la situation difficile et dangereuse dans la capitale a perturbé les activités de l’aviation pour le sauvetage des migrants bloqués.

L’OIM appelle, par ailleurs, à abolir le système de détention des migrants en Libye pour alléger les souffrances de ces personnes, demandant la mise en place de solutions alternatives.

“Bien que nos opérations et nos programmes se poursuivent à travers le pays, ils ont été largement touchés, en particulier en ce qui concerne la sécurité des mouvements de migrants vers les points de transit et les aéroports. Un degré minimum de sécurité est nécessaire pour que nous puissions assister en toute sécurité 500 personnes qui ont prévu de rentrer chez eux dans les prochains jours », a déclaré le chef de mission de l’OIM en Libye, Federico Soda, citée par le communiqué.

Source : MAP
Medi1TV Afrique en direct:
Urgent