Voir aussi
Les plus vus

Le HCP révise ses prévisions de croissance économique

Le HCP révise ses prévisions de croissance économique
Mardi 28 avril 2020 à 14:08
La croissance économique aurait reflué à +0,7% au premier trimestre, au lieu de +1,1% arrêté le 7 avril, et ce après la collecte de données plus récentes, indique le Haut-Commissariat au Plan (HCP).
 
"Les données les plus récentes collectées jusqu'au 20 avril mettent en évidence un ralentissement plus sensible de l’activité durant le premier trimestre 2020, avec une croissance économique qui aurait reflué à +0,7%, au lieu de +1,1% arrêté le 7 avril, sur la base des informations collectées jusqu'au 31 mars", souligne le HCP dans une note relatant ses nouvelles estimations de la croissance économique pour les 1er et 2ème trimestres 2020.
 
Cette révision à la baisse serait attribuable à l’accentuation du repli de la valeur ajoutée agricole à -4,4%, suite aux faibles performances des productions végétales, en l'occurrence les céréales dont la production se serait abaissée à son niveau le plus bas depuis 2007, explique la même source.
 
Hors agriculture, la croissance de la valeur ajoutée aurait décéléré pour atteindre +1,4%, au lieu de +1,6% prévue le 7 avril, relève le HCP, précisant que les activités secondaires se seraient principalement celles les plus contractées, avec un abaissement du rythme de croissance des industries manufacturières et de l’électricité.
 
Pour sa part, la croissance du secteur tertiaire serait restée modérée, s’établissant à 2,6% au premier trimestre 2020, estime la même source.
 
Malgré le reflux de la demande étrangère adressée au Maroc, les exportations de biens et services en volume auraient augmenté de 0,3% au premier trimestre.
 
"Les exportations des phosphates et dérivés auraient fait preuve d'une plus forte résilience que prévu, avec une sensible hausse en volume, pour une baisse en valeur limitée à -5,5%", explique le HCP.
 
Quant aux importations, elles auraient ralenti en affichant une augmentation de 1% seulement, au lieu de +3% un an plus tôt, situant ainsi la contribution de la demande extérieure nette à la croissance du PIB à -0,3 point.
 
De son côté, le soutien apporté par la demande intérieure à la croissance économique se serait affaibli au premier trimestre 2020, avec une contribution limitée à un point, au lieu de 1,6 point prévu au 7 avril.
 
Les dépenses de consommation auraient été, certes, plus dynamiques avec une hausse de 1,9% de la consommation finale des ménages, boostée par la hausse des dépenses alimentaires et une progression de la consommation des administrations publiques de 3,6%, estime la même source.
 
Toutefois, l'investissement aurait affiché un repli de 2,4%, au lieu d’une hausse de 1,2% arrêté le 7 avril. Cette régression s'explique principalement par "le mouvement de déstockage plus important des entreprises et d'un ralentissement de l’investissement en équipement industriel et en immobilier".
Source : Medi1TV.com + MAP
Medi1TV Afrique en direct:
Urgent